Suivi et évaluation de l'impact des éclusées hydroélectriques sur les milieux aquatiques et les usages de la rivière

 

Les éclusées sont des variations artificielles, brutales et fréquentes des débits, liées à l'exploitation des barrages hydroélectriques.

Le bassin de la Dordogne, l'un des plus équipés de France en hydroélectricité, est largement affecté par ces phénomènes, qui touchent principalement les rivières Dordogne, Maronne, Cère, et Vézère dans une moindre mesure. Les ouvrages alternent des phases de stockage d’eau dans les retenues, et des phases de déstockage pendant lesquelles les turbines sont mises en marche. La mise en route des usines est presque instantanée.

Les éclusées engendrent de nombreuses perturbations, tant sur les milieux aquatiques que sur les usages de l’eau. EPIDOR s’attache à évaluer ces impacts depuis près de 20 ans, en lançant de nombreuses études autour de la problématique.

Parmi les impacts des éclusées, on peut noter :

  • des exondations des frayères pour de nombreuses espèces
  • des piégeages et échouages d’alevins, en particulier au printemps, juste après les périodes de reproduction
  • des incidences sociales et économiques pour les usages (pêche, canoë, baignade, navigation,…)
  • une réduction de la dynamique naturelle de la rivière et de la diversité des milieux
  • sur les retenues, ce régime de fonctionnement provoque des marnages, qui peuvent gêner les activités de loisir qui s’y sont développées.